Les Romanciers d’Aujourd’hui

Les Romanciers d’Aujourd’hui

Author:
Charles Le Goffic
Author:
Charles Le Goffic
Format:
epub
language:
French

%title插图%num
Author: Le Goffic, Charles, 1863-1932
French literature — 19th century — History and criticism
Les Romanciers d’Aujourd’hui
Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été corrigées. L’orthographe d’origine a été conservée et n’a pas été harmonisée. Les numéros des pages blanches n’ont pas été repris.

I

LES
ROMANCIERS
D’AUJOURD’HUI

II
DU MÊME AUTEUR

Amour breton, poésies, un vol. in-18 jésus (Lemerre, édit.).
Extraits de Saint-Simon (en collaboration avec Jules Tellier), un vol. in-8 cavalier, illustré, avec notes et préface (Delagrave, édit.).
Nouveau traité de versification française (en collaboration avec M. Édouard Thieulin), un vol. in-18 (Masson, édit.).
POUR PARAÎTRE PROCHAINEMENT
Le bois dormant, poésies.
Le crucifié de Keraliès, roman.

ÉVREUX, IMPRIMERIE DE CHARLES HÉRISSEY
III

CHARLES LE GOFFIC


LES
ROMANCIERS
D’AUJOURD’HUI

PARIS
LÉON VANIER, LIBRAIRE-ÉDITEUR
19, QUAI SAINT-MICHEL, 19


1890
Tous droits réservés.

IV
V

INTRODUCTION

Dans les études qui suivent, et dont le plan fut concerté entre M. Jules Tellier et moi en vue d’une série sur les Ecrivains d’aujourd’hui, j’ai rangé, comme il l’a fait pour les poètes, les romanciers contemporains par catégories. On trouvera donc ici des rustiques, des mondains, des philosophes, des naturalistes, des impressionnistes et jusqu’à des symbolistes. Je prie qu’on n’attache pas plus d’importance à ces catégories que je n’en attache moi-même. Dans ma pensée elles ne sont point arbitraires, mais n’ont aussi rien d’absolu. Elles simplifient. Par ailleurs, il se présentera fréquemment au cours de ces études des noms qui ne sont point encore arrivés à la notoriété parfaite; je me suis complu sur ces noms un peu trop, sans doute, et au détriment de noms plus connus. Mais qu’ajouter à la gloire de M. Zola ou de M. Bourget? C’était une maxime de Pline qu’il faut accorder quelque flatterie à l’oreille des jeunes gens, quand surtout la matière ne s’y oppose pas trop: Sunt quædam adolescentium auribus danda, præsertim si materia non refragetur. J’ai suivi le conseil, quelquefois, et ce qui serait une faute, si je donnais mon livre pour une poétique, ne l’est plus, je pense, si mon livre prétend seulement à renseigner au plus près et par annotations sur l’ensemble du mouvement contemporain.
Je dis au plus près, car, hélas! quel biais prendre pour parler ici de tous les romanciers vivants? «On dit qu’ils sont six mille!» s’écriait naguère M. Bergerat. Avec une moyenne de cinq romans par romancier, c’est donc trente mille volumes environ qu’il m’eût fallu dépouiller pour écrire mon livre. Je n’ai pas eu ce courage, et l’aurais-je eu que ma vie n’eût pas suffi à la tâche [1]. Mais le classement que j’ai adopté permettra au lecteur de combler cette lacune sans grande fatigue. Comme, au pistil ou à l’étamine, on range une fleur qu’on ne connaît point dans sa catégorie naturelle, il lui sera aisé de grouper, d’après le style ou le genre d’observation, tel roman nouveau sous un des chefs choisis. A la vérité, l’ordonnance du livre, et aussi des nuances entre les talents, m’ont fait comprendre un assez grand nombre de divisions. C’est ainsi que les réalistes se sont partagés en naturalistes, impressionnistes et symbolistes. Mais, dans le fond, les formules ne sont point si variées, et on pourrait les ramener toutes au réalisme et à l’idéalisme. Encore ces deux formules, qui semblent s’exclure l’une l’autre, se trouvent-elles souvent fondues dans un même romancier. Je n’ai point à décider ici de leur supériorité respective; c’est affaire aux théoriciens de profession. Pour moi, bornant ma tâche à celle d’un humble scholiaste, je me suis montré dans ce livre plus soucieux de l’application des formules que des formules elles-mêmes.
X 1

CHAPITRE I
LES NATURALISTES

2
CHAPITRE I
LES NATURALISTES
Emile Zola.—Paul Bonnetain.—Paul Margueritte.—G.-H. Rosny.—Gustave Guiches.—Joseph Caraguel.—Henry Fèvre.—Lucien Descaves.—Abel Hermant.—Jules Perrin.—Oscar Métenier.—Camille Lemonnier.—Georges Eckoud.—Maurice Talmeyr.—Philippe Chaperon.—Henry Lavedan.—Boyer d’Agen.—Léo Rouanet.—Léo Trézenick.—Jean Blaize.—Francis Enne.—Vast-Ricouard.—Georges Duval.—Paul Alexis.—Henry Céard.—Léon Hennique.—Guy de Maupassant.—Maurice Montégut.—Dubut de Laforest.—Octave Mirbeau.
Je n’ai point à rappeler ici les origines du réalisme contemporain. Aussi bien, pourra-t-on se reporter aux manuels de M. Ferdinand Brunetière et de M. David-Sauvageot. Le réalisme contemporain a passé, dans le roman, par trois états: le naturalisme, l’impressionnisme, et, plus récemment, le symbolisme. Je vous parlerai d’abord des naturalistes.

I

—«Assis devant sa table, les coudes parmi les pages du livre en train, écrites dans la matinée, il se mit à parler du dernier roman de sa série, qu’il avait publié dans le Gil-Blas. Ah! on le lui arrangeait, son pauvre bouquin! C’était un égorgement, un massacre, toute la critique hurlant à ses trousses, une bordée d’imprécations, comme s’il eût assassiné les gens, à la corne d’un bois. Et il en riait, excité plutôt, les épaules solides, avec la tranquille carrure du travailleur qui sait où il va. Un étonnement seul lui restait, la profonde inintelligence de ces gaillards, dont les articles, bâclés sur des coins de bureau, le couvraient de boue, sans paraître soupçonner la moindre de ses intentions. Tout se trouvait jeté dans le baquet aux injures: son étude nouvelle de l’homme physiologique, le rôle tout-puissant rendu aux milieux, la vaste nature éternellement en création, la vie enfin, la vie totale, universelle, qui va d’un bout de l’animalité à l’autre, sans haut ni bas, sans beauté ni laideur; et les audaces de langage, la conviction que tout doit se dire, qu’il y a des mots abominables nécessaires comme des fers rouges, qu’une langue sort enrichie de ces bains de force; et surtout l’acte sexuel, l’origine et l’achèvement continu du monde, tiré de la honte où on le cache, remis dans sa gloire, sous le soleil. Qu’on se fâchât, il l’admettait aisément; mais il aurait voulu au moins qu’on lui fît l’honneur de comprendre et de se fâcher pour ses audaces, non pour les saletés imbéciles qu’on lui prêtait.
Il se tut, envahi d’une tristesse.»—
Et quelqu’un se leva: Maître, dit-il, tu parles d’indulgence; hélas, qui en eut moins que toi? Et pour que nous te comprenions, hélas, que n’as-tu commencé par te comprendre toi-même? Il n’y a, selon toi, ni beauté ni laideur dans les choses. Hélas, les choses existent-elles seulement, et crois-tu que la vie dont tu les animes soit ailleurs qu’en toi? Ta vision du monde n’est ni plus vraie ni plus fausse que la nôtre. C’est toi qui la fais. Mais quel prosélytisme fâcheux et pousse à nous l’imposer! Tout art qui n’a pas en soi sa raison d’être se condamne à n’être plus. O musicien, nous avons frémi quand ta lyre secouait les hymnes triomphaux du Paradou et les marches funèbres de Germinal. O peintre, la nature t’apparaissait par grandes masses concrètes. O sculpteur, le beau et le laid se pétrissaient en lumière sous ta main. Ton œuvre entier, poète, n’était que symbole. Par quelle aberration en as-tu fait cette chose de collège: un traité de sociologie? Ah! tout ainsi que nous avons applaudi au poète, laisse-nous rire un peu du sociologue! Laisse-nous rire de ses formules: «Voici la mort de l’antique société, la naissance d’une société nouvelle. Il n’y a de vérité que dans l’étude de l’homme physiologique, déterminé par le milieu, agissant sous le jeu de tous ses organes, et c’est cette vérité que je vous apporte.» Piètre vérité, hélas! Mais cette vérité, si tant est que c’en soit une, d’autres que tu oublies l’avaient apportée avant toi. Elle est dans Mill, dans Spencer, dans Taine; et les Goncourt se vantent de l’avoir appliquée les premiers à la littérature. Tu te proclames «évolutionniste». Puisque tu honores pour chefs les philosophes de cette école, que n’as-tu appris d’eux au moins que rien n’est absolu, non pas même ton art, maître, dont il t’eût fallu dire en une formule moins hautaine: «Prenez et lisez! Voici le mensonge de mon imagination.» Et alors, si cruel et si triste qu’il eût été, si cruel aux êtres et aux choses, si triste pour nous et pour toi, nous eussions ajouté ton rêve d’art aux autres rêves où se complurent des imaginations moins amères. La vérité est faite de tous ces rêves assemblés. Elle n’est dans aucun d’eux pris isolément. O maître, c’est en art surtout que les systèmes sont vrais par ce qu’ils affirment et faux par ce qu’ils nient [2].

II

Donc, et encore que Chien-Caillou soit de 1847 et M. Champfleury toujours de ce monde, encore que Germinie Lacerteux ait précédé l’Assommoir et que les Goncourt se réclament, avec quelque raison, d’avoir donné la formule du premier roman physiologique, encore que «le petit Chose» soit devenu M. Alphonse Daudet et que les soixante mille lectrices de M. Daudet balancent les cent vingt mille lecteurs de M. Zola, c’est bien M. Emile Zola et non M. Alphonse Daudet, ou M. Edmond de Goncourt, ou M. Champfleury, que les naturalistes saluent pour chef. Et, de fait, n’est-ce pas lui qui les a menés à l’abordage? N’a-t-il point, comme on dit, payé de sa personne en vingt occasions? Et quand M. Champfleury se retirait dans la caricature, quand les Goncourt, vieillis et rebutés, se gardaient à l’écart, quand Daudet, ni ami ni ennemi, attendait de prendre parti que la victoire fût décidée, n’a-t-il point crânement attaché sa fortune personnelle à celle du naturalisme? Epopée! L’idéalisme qui coule bas faisant feu de tous ses sabords, la galère naturaliste soutenant le choc, renvoyant triple décharge, courant sus et maîtresse enfin de la voie, avec Zola pour capitaine, Huysmans, Maupassant, Céard, Hennique et Alexis pour équipage! La victoire tourna au triomphe.
Elle fut féconde en recrues. Aux noms précédents vinrent s’ajouter ceux de Paul Bonnetain, Camille Lemonnier, Louis Desprès, Octave Mirbeau, Henri Fèvre, G.-H. Rosny, Oscar Méténier, Gustave Guiches, Paul Adam, Lucien Descaves, Boyer d’Agen, vingt autres, toute la boucanerie de Kistemakers et des éditeurs belges. La convention naturaliste (je le rappelle pour mémoire) portait que le roman serait impersonnel et documentaire, ou ne serait pas [3]. Il fut. Enquête sociale chez l’un, histoire naturelle des familles chez l’autre, le titre variait; chez l’un et chez l’autre, c’était, sans plus, le même positivisme de tête et la même crudité d’exécution. Balzac, dont on se réclamait, avait dit: «Un livre doit amuser ou doit instruire. L’art moderne admet que l’on peigne pour peindre: il admet la fantaisie de Callot, la statue de la Grèce, le magot de la Chine, la vierge de Raphaël, les nymphes de Rubens, les portraits de Velasquez, le dialogue, le récit, toutes les formes, tous les genres. Il permet de faire une épopée dans un roman et un roman dans une épopée; mais quelque large que soit son champ, les lois y règnent, et l’art littéraire en France ne pourra jamais divorcer avec la raison.» Et il ajoutait: Il faut dans tout livre «un sentiment, une action, un intérêt qui conduise le lecteur, qui le captive et le mène à un dénoûment souhaité» [4]. Il avait dit cela, Balzac. Mais de ce Balzac-là, si l’on ne se moqua pas ouvertement, du moins n’en fut-il jamais question dans l’école; et il est bien sûr, en effet, qu’on prenait tout juste le contre-pied de sa théorie, encore qu’on fît cas de s’y ranger au plus strict. Le sentiment? Vous devez confondre avec la sensation dont il est le réflexe. L’intérêt? L’action? Seigneur! mais où voyez-vous que la vie soit intéressante et que les choses s’y dénouent avec logique? Et alors pourquoi choisir, et comment? C’est ceci le naturalisme: au hasard de l’heure et du milieu [5] prendre le premier homme qui passe et reconstituer sa physiologie. Et quel outil pour cela? Le document.

III

Et le document abonda, médical toujours. Nous connûmes l’obstétrique, qu’on appelle aussi généthliologie, et la sarcologie, et l’ostéologie, et la céphalogie, qui sont des sciences à peu près honnêtes. Il ne fut plus question du cœur que comme d’un viscère, et de l’âme que par métaphore. Mais on nous renseigna sur les cuisines, les magasins, les blanchisseries, les lavoirs, les casernes, les ateliers de couture et les maisons de tolérance: celles-ci plus particulièrement mises à l’épreuve, forcées et pénétrées à jour par les maîtres eux-mêmes, qui donnèrent des comptes, bâtirent des statistiques, et conclurent que les pensionnaires de ces établissements avaient des droits réels à l’estime publique. M. Yves Guyot, dans la Lanterne, en profita pour demander l’abolition de la police des mœurs. On la renforça d’une brigade. Cependant, de dix heures à minuit, on put voir dans les brasseries du Quartier-Latin de jeunes hommes méditatifs et graves, qui prenaient des notes et fumaient des pipes, et qui étaient les Eliacins du naturalisme. Et on les reconnaissait d’abord à ces deux traits: qu’ils appelaient George Sand «laveuse de vaisselle» et disaient «poigner» pour poindre. Rentrés chez eux, ils rédigeaient leurs notes. Mais ils soignaient surtout les imparfaits. Ainsi parurent des Gouines, des Traînées et jusqu’à des Salopes. Et des éditeurs belges estampillaient ces petites polissonneries documentaires, où des collégiens gâteux et de vieilles dames en enfance s’instruisirent au vice pour 3 fr. 50.
Un de ces Eliacins, qui est sorti depuis avec quelque tapage du naturalisme, M. Paul Adam, écrivait récemment ces lignes: «A l’époque des grands triomphes médaniens, une nuée de jeunes gens se groupèrent autour du Maître. Forts de la poétique, préconisant les œuvres documentaires et le mépris de la rhétorique, ces ambitieux manœuvres créèrent une littérature de reportage qui, depuis dix ans, nous harcèle. Chaque éphèbe, soucieux de prendre l’absinthe à Tortoni en société de gens connus, bloqua sous la couverture d’un volume toutes les puériles turpitudes de son existence bourgeoise, et, sous le prétexte de franchise, fit abstraction d’habileté inventive, de composition, d’écriture» [6]. L’aveu est à retenir, aujourd’hui que ces mêmes éphèbes, espoir de l’école, par besoin d’expansion, vagabondage, caprice, etc., ont brisé leur longe et crié franchise. On se souvient encore du bruit que fit, l’an passé, la fameuse Déclaration des Cinq. La publication de La Terre avait ému ces jeunes gens; ils protestèrent contre la scatologie montante, le sadisme cérébral de M. Zola, et firent savoir à l’Europe que le grand chef de l’école naturaliste était affligé d’une maladie lombaire qui expliquait ses débordements sans les excuser; qu’étant, eux, personnellement sains et bien constitués, il n’y avait plus de raison pour qu’ils évacuassent dans leurs œuvres le trop-plein de leur sensualité; qu’il était temps de réagir; qu’ils en avaient assez du roman-exutoire; que le public partageait cette lassitude; et qu’en conséquence, rompant le cordon, ils revenaient aux bonnes mœurs et à la propreté littéraire dont ils n’auraient jamais dû se départir. Ces cinq s’appelaient Paul Bonnetain, G.-H. Rosny, Paul Margueritte, Lucien Descaves et Gustave Guiches. On s’étonna bien un peu dans la presse que leur déclaration affectât une allure de généralité. Ces cinq parlaient juste comme s’ils avaient été cinq cents, et pourtant il manquait des noms autorisés au bas de leur déclaration, et d’abord ceux de M. de Maupassant et de M. Mirbeau. Et l’on chercha aussi d’où avaient pu venir à ces messieurs des scrupules si honorables.
M. Rosny? C’est l’auteur de l’Immolation. Sujet: l’inceste.
M. Margueritte? C’est l’auteur de Tous quatre. Sujet: le saphisme.
M. Bonnetain? C’est l’auteur de Charlot s’amuse. Sujet: l’onanisme.
Seuls, M. Guiches et M. Descaves pouvaient prétendre dans le groupe à une chasteté relative. Encore le premier a-t-il commis quelques pages sur les maladies honteuses où il ne faudrait point trop s’arrêter; et, pour le second, s’il n’apporte point de crudité aux sentiments et aux passions, il ne laisse point que de prendre sa revanche avec les mots. Et voyez l’ironie: quand, des cinq protestataires du Figaro, trois, les moins en droit justement de signer cette protestation, pour leur primitive complaisance à traiter des sujets médicaux ou simplement obscènes, MM. Bonnetain, Rosny et Margueritte, rompaient franchement leurs attaches et publiaient par la suite des œuvres d’une très vigoureuse personnalité, telles que En mer, Pascal Géfosse ou Marc Fane, M. Guiches et M. Descaves, dont une attitude presque décente légitimait les scrupules, la déclaration signée, n’en conservaient pas moins dans leurs livres tous les vieux procédés de l’école, s’attardaient au moule suranné de la phrase naturaliste, aux descriptions, aux antithèses, aux hyperboles, donnaient dans le trompe-l’œil de l’hérédité, et gardaient ineffaçablement sur eux la dure et rude empreinte du maître qu’ils venaient de renier.

IV

M. Bonnetain a publié, depuis Charlot s’amuse (qu’il reconnaît très gentiment pour un péché de jeunesse), un certain nombre de romans impressionnistes et exotiques, dont En mer, qui se distingue par le pittoresque de la description et l’attachante simplicité du thème [7]. Deux passagers, inconnus la veille, et qu’un hasard de voyage rapproche sur le même paquebot, Georges le Teil et la jolie Mme d’Hénoy, se prennent d’amour à contempler de compagnie l’ensorcelant et magique visage de la mer. Avec la charmeresse disparaît le charme. Touché terre, l’idylle agonise dans une mutuelle indifférence; les deux amoureux ont un peu cette stupeur des gens réveillés à qui l’on raconte ce qu’ils ont dit en dormant. C’est tout. Cela n’est rien, vous voyez, et c’est d’une mélancolie étrange qui fait songer à Loti. Ou je me trompe, ou M. Bonnetain, qui est jeune encore, s’annonce comme un des maîtres du roman impressionniste.
Je ferai des compliments analogues à M. Margueritte. Son livre de début, Tous quatre, était un peu bien touffu, pénible d’ensemble, encore qu’éclairci par endroits de belles pages descriptives. Mais de son dernier livre [8], Pascal Géfosse, il n’y a qu’à louer la simple ordonnance et le tour délicat. Voici la donnée, assez voisine de celle d’En mer. Le romancier à la mode, Pascal Géfosse, rencontre sur l’entrepont du paquebot d’Alger-Marseille la femme d’un de ses anciens camarades de collège, devenu député; et quoiqu’il rie bien haut des amours «coup de foudre», il se sent brusquement et irraisonnablement pris au charme des yeux et à la grâce naturelle et douce de cette femme qu’une impulsion analogue fait sienne presque en même temps. Il y a dans ces pages une psychologie très attentive et très sûre. Le caractère de Géfosse est fouillé jusqu’aux replis, et les hésitations, le trouble, la lutte et la chute finale de sa maîtresse sont déduits avec une logique supérieure [9].
Marc Fane, le meilleur roman de M. Rosny [10], pour si personnels qu’en soient le fond et la forme, me plaît moins. M. Rosny fait un abus déplorable de sa science. Si l’on ne connaît la chimie, la physique, la statique, la balistique et la cryptologie, il est bien malaisé de l’entendre. Sa phrase, endimanchée de ces gros termes, a les allures solennelles et gourdes des phrases d’instituteur. Il n’y a que ces fonctionnaires et M. Rosny pour écrire «un crâne de mégalocéphale» au lieu d’un grand crâ

Download This eBook
This book is available for free download!

评论

普人特福的博客cnzz&51la for wordpress,cnzz for wordpress,51la for wordpress
Les Romanciers d’Aujourd’hui
Free Download
Free Book