Les Deux Rives: Roman

Les Deux Rives: Roman

Author:
Fernand Vandérem
Author:
Fernand Vandérem
Format:
epub
language:
French

%title插图%num
Author: Vandérem, Fernand, 1864-1939
Paris (France) — Social life and customs — 19th century — Fiction
Les Deux Rives: Roman
Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été corrigées. L’orthographe d’origine a été conservée et n’a pas été harmonisée. Les numéros des pages blanches n’ont pas été repris.

I

LES
DEUX RIVES

II

DU MÊME AUTEUR


La Cendre, roman 1 vol.
Charlie, roman 1 vol.
Le Chemin de velours, nouvelles 1 vol.
La Patronne, roman. (Collection Ollendorff illustrée.) 1 vol.

Tous droits de traduction et de reproduction réservés pour tous les
pays, y compris la Suède et la Norvège.
S’adresser, pour traiter, à M. Paul Ollendorff, éditeur,
rue de Richelieu, 28 bis, Paris.

III

FERNAND VANDÉREM
Les
Deux Rives
ROMAN

PARIS
PAUL OLLENDORFF, ÉDITEUR
28 bis, RUE DE RICHELIEU, 28 bis


1897
Tous droits réservés.

IV

IL A ÉTÉ TIRÉ A PART DE CET OUVRAGE
TRENTE EXEMPLAIRES DE LUXE
SAVOIR
10 exemplaires sur papier du Japon numérotés à la presse (1 à 10)
20de Hollande(11 à 30)

V

A
LOUIS GANDERAX
A L’ÉCRIVAIN ET A L’AMI
En témoignage d’affectueuse
et profonde gratitude.

F. V.

VI

LES DEUX RIVES

I

Comme la voiture s’arrêtait devant la grille du Collège de France, Mme Chambannes sauta vivement à terre; et sans prendre la peine de refermer la portière, elle s’achemina d’un pas hâtif, balançant du bras son manchon, à travers la cour solennelle où trois pigeons déambulaient dans une sécurité de désert et de silence.
Par les carreaux de la porte vitrée du fond, M. Pageot, premier appariteur du Collège, la regardait s’avancer, sa grosse moustache retroussée un peu par un sourire de sympathie.
«Encore une!» songeait-il en se remémorant toutes les dames élégantes que, depuis une heure, il voyait défiler. Et gentille qui plus est! Avec sa petite figure fine et hardie, son veston d’astrakan, son toquet de velours pourpre, à bordure d’astrakan pareil s’emmêlant à ses frisons bruns, et piqué sur le côté d’une petite aigrette de plumes blanches, elle lui rappelait, révérence parler, et moins les favoris, une vieille lithographie placée au-dessus de son lit: Murat, futur roi de Naples, à la bataille d’Eylau.
Aussi, fut-ce d’une main empressée qu’il ouvrit devant elle la porte.
—Vous désirez, madame?
—Le cours d’Égyptologie, s’il vous plaît.
—Le cours de M. Raindal? C’est ici, juste en face de nous.
Elle s’élançait. D’un geste d’apaisement M. Pageot la retint.
—Oh! inutile, madame, la salle est comble, archibondée… Du reste, vous ne perdez pas grand’chose… Dans cinq minutes ce sera fini!…
—Je vous remercie! fit Mme Chambannes d’un ton de regret.
Puis après une pause:
—Vous n’auriez pas vu une grande dame en costume bleu… une grande dame blonde, avec une veste à brandebourgs?…
Pageot se recueillait:
—Vue? vue?… Sûrement que je l’ai vue; mais il y en a tellement, madame!… Ma parole, depuis quinze ans que je suis huissier au Collège, je ne me souviens pas d’avoir compté tant de monde à une leçon d’ouverture…
Et, redressant négligemment sa légère chaîne de nickel, il ajouta d’un air compétent:
—C’est rapport, je suppose, à son livre sur Cléopâtre qu’on vient…
Mme Chambannes baissa la tête en signe d’assentiment. Mais en même temps une poussée de gens rabattait la porte du cours, et l’immense vestibule retentit du choc avec une sonorité d’église.
—Tenez, la voilà peut-être, votre amie en bleu! fit Pageot, désignant une dame qui sortait parmi les premières.
Mme Chambannes se précipita pour saisir Mme de Marquesse au passage.
—Vous! se récriait l’autre… Par exemple, vous pouvez vous vanter d’être une fière lâcheuse! Moi qui n’étais venue que pour vous être agréable!
La jeune femme s’excusa:
—Une lettre de Gérald que j’attendais… Je vous raconterai cela… J’en ai assez ragé, je vous jure!… Enfin, était-ce bien là-dedans, au moins? Ça valait-il le dérangement?… A-t-il parlé de Cléopâtre? A-t-il dit des horreurs?
Mme de Marquesse prit un accent gamin:
I don’t know… Vous m’en demandez trop… Je suis comme la petite fille de l’Ambigu… Je n’ai rien vu, rien entendu… Debout, des tas de bonshommes devant moi, et une odeur de respirations!… Oh! on ne m’y repincera pas de sitôt… ou j’enverrai mon valet de chambre retenir mes places d’avance…
—C’est gai!…
—Bah, ce n’est pas la catastrophe!… fit d’un air protecteur Mme de Marquesse… Grand Dieu! Êtes-vous enfant, ma petite Zozé!… Vous le reverrez ici ou autre part, votre M. Raindal… Il n’y a rien de perdu!… Et tout cela parce que M. de Meuze vous a monté la tête avec ses boniments!…
—Il ne s’agit pas de M. de Meuze!…
—Et de qui alors?… De Gérald, peut-être?… S’il ne s’agit du père, il s’agit du fils… Non, mais sincèrement, vous croyez que ça mord sur lui les notoriétés?… Ah! vous avez votre dose de candeur!…
—Comment donc! approuva Mme Chambannes dune voix gouailleuse… Avec ces idées-là, en trois mois je finirais par avoir une maison comme celle des Pums ou des Silberschmidt… Merci!… Allez, mon système n’est pas tellement bête… Je sais ce que je fais!…
Puis d’un ton plus cordial:
—Nous regardons la sortie?…
—Je veux bien! fit Mme de Marquesse.
Elles se rangèrent auprès de l’étroite issue par où s’écoulait l’auditoire.
C’était évidemment un public de parade, une délégation de cette brillante garde citoyenne que Paris entretient autour des gloires à succès, tout le monde des salons littéraires, des revues à fort tirage, des gazettes modérées, illustrations authentiques en tête, académiciens célèbres ou obscurs, penseurs, songeurs, réfléchisseurs, remueurs d’idées, souleveurs de questions et agitateurs de problèmes, maîtresses attitrées des grandes tables à parler,—plus leur sémillante cohorte, petites femmes, petits hommes, petits jeunes, petits vieux, la volée entière de celles et de ceux qui jasent, pépient, caquettent sur les cimes de l’art comme les moineaux sur les hautes branches; de gracieux minois mats de poudre dans le mol évasement des collets de zibeline, des silhouettes fureteuses aux moustaches quasi militaires, des voix disciplinées à la pratique du bien dire, des fronts rayés de plis par les années d’étude ou la recherche constante du mot spirituel, des sourires, des fourrures, des bouffées de bons parfums. Et l’on s’appelait, on se saluait, on se communiquait l’opinion qu’on avait ou que l’on allait avoir, sous les yeux ébahis de quelques profanes qui se citaient à voix basse des noms avec respect.
Mme Chambannes, surtout, paraissait ravie du spectacle. Faire partie de ce clan d’élite ne l’avait jamais bien tentée. Par un hasard de destinée, elle visait ailleurs, vers un objet plus simple, plus humain, plus tendre, où malgré même l’apparence contraire, s’acheminaient toutes ses actions. Mais assister aux papotages, aux coquetteries, aux rassemblements amicaux de ces personnes connues dont si souvent parlaient les feuilles, cela lui constituait un naïf régal, une joie de l’œil et de la pensée qui rendait sa petite figure toute grave d’attention.
Et soudain, dans un involontaire mouvement de surprise, elle poussa du coude Mme de Marquesse:
—Oh! voyez donc celle-là!
Elle indiquait du regard une jeune fille pauvrement nippée qui venait dans leur direction.
Son paletot en drap vert à parements de vison semblait plus défraîchi encore que la capote de tulle poussiéreuse épinglée de travers dans sa chevelure. Et elle avait cette démarche hautaine, cette physionomie agressive et revêche que font souvent aux femmes de science la fatigue, l’orgueil ou des soucis d’homme. Elle passa auprès des deux dames en les dévisageant d’un coup d’œil presque hostile; puis, s’approchant de l’huissier:
—Pageot! demanda-t-elle d’un ton d’autorité… Est-ce que mon père est sorti?
L’appariteur, prestement, avait retiré sa calotte:
—Non, mademoiselle… Faut-il le prévenir que mademoiselle…
—Merci, Pageot… Vous lui direz que je l’attends là-bas, devant la grille…
—Bien, mademoiselle!… fit l’huissier qui courait lui ouvrir la porte.
Et, retournant aussitôt vers Mme Chambannes:
—Vous ne savez pas qui c’est? questionna-t-il d’une voix mystérieuse… Non?… C’est mademoiselle Thérèse Raindal, la demoiselle de M. Raindal!…


Dehors, devant la grille dévernie, Mlle Raindal s’était mise à marcher activement, allant, revenant, le cou blotti entre les épaules, le buste courbé en avant, comme une sentinelle qui lutte contre le froid.
Parfois elle s’arrêtait et lançait un regard vers le perron du fond. On apercevait, contre une vitre, la figure méditative de Pageot: et l’air épais, comme peint en ocre, de cette obscure après-midi de novembre lui donnait, à distance, un teint jaune d’hôpital. Mais M. Raindal n’arrivait pas.
Alors Thérèse reprenait sa faction, les coudes appuyés aux hanches, les mains croisées dans son manchon de peluche; et peu à peu la ligne de ses lèvres, minces à peine comme des lisières de soie rose, blanchissait, s’effaçait dans une expression de maussaderie.
Elle songeait, tout en marchant, à la corvée du soir, à cette présentation forcée chez les Lemeunier de Saulvard, de la section des Sciences morales,—à cet inconnu qu’on lui présenterait dans un bal, afin d’en faire son mari, au besoin, l’être qui aurait droit à ses baisers, à son corps, et passerait ensuite toutes les nuits auprès d’elle. Un de plus à refuser! Le neuvième depuis dix ans! «Un jeune savant du plus réel mérite, avait écrit Saulvard, un des espoirs de l’assyriologie française, M. Pierre Bœrzell. Catholique, mais libre-penseur. Pas de fortune, mais honorabilité parfaite et brillant avenir…»
M. Bœrzell! M. Bœrzell! Elle répétait à mi-voix ce nom rude et barbare. Allons, il devait être encore bien campé, bien avenant, cet espoir-là! A peu près comme le petit monsieur bedonnant à serviette d’avocat, qui remontait, en face, l’autre trottoir.
Elle avait stoppé machinalement pour détailler de loin le passant, la bouche pincée de méchanceté, l’œil aguiché comme par une proie.
Puis, faisant demi-tour, les lèvres relâchées d’un sourire de dédain:
—Oui, un gaillard dans ce genre-là, probablement! murmura-t-elle avec un haussement d’épaules.
Elle souffrait. Quelque chose de froid lui harponnait la chair du cœur, comme la bise qui mordait son visage.
Elle se rappelait l’autre—celui qu’elle avait manqué naguère—le fiancé fuyard et félon, cet Albert Dastarac, dont après dix années, certaines nuits, dans ses rêves de vierge, elle croyait encore ressentir les affolantes étreintes ou les baisers à goût de fraise.
Ah! qui aurait prévu qu’il serait aussi perfide, ce jeune agrégé d’histoire, ce Méridional enjôleur, ce séduisant Albârt,—ainsi qu’il prononçait de sa voix grave comme un bourdon? Lui si câlin, si passionné, et dont le directeur de l’Ecole normale avait tellement fait l’éloge! Non, à présent encore, devant la grille, dans le brouillard glacé, Mlle Raindal ne pouvait y croire, à cette antique trahison, se l’expliquer, y rien comprendre.
Il lui semblait,—tant restaient familières, récentes, ces images chaque jour évoquées,—être auprès d’Albârt, dans le petit salon paternel, rue Notre-Dame-des-Champs. Elle revoyait son insolente silhouette de spadassin classique, sa stature élancée et ses jarrets pliants, ses prunelles brunes, énormes, sans nul blanc alentour, pareilles à des yeux de cheval, et la fine moustache noire qu’il épointait de ses doigts aigus, cuivrés par le tabac. Comme il l’avait aimée, durant ces huit jours de fiançailles!
Elle avait la taille plate, la bouche exsangue, menue, rétrécie comme par un lacet, et le visage terni de ce hâle verdâtre qu’on gagne loin du soleil, dans la poussière des livres, la tiédeur des bibliothèques ou l’air fiévreux des salles de cours. Mais de tous ces défauts qu’elle connaissait mieux que personne et dont, plus d’une fois, en secret, elle s’était affligée, Albârt paraissait n’en remarquer aucun. Il n’était frappé que de ses charmes. Il s’extasiait, à tout moment, sur son nez pâle et droit, modelé à l’antique, sur ses terribles yeux gris surmontés de velours noir comme ceux de Minerve, disait-il, ou sur les enroulements massifs de sa chevelure brune qu’il eût voulu défaire pour s’y plonger la face. Et la tendresse de ses propos égalait son talent à flatter.
Sans cesse, sans motif, ardemment, il appelait Thérèse d’un ton d’invocation, de prière: «O ma Thérézoun! O ma chato!» Il lui chantait de lentes romances provençales, plaintives comme des airs de chasse au loin, et que Mme Raindal,—du Midi, elle aussi,—accompagnait tant bien que mal au piano en chevrotant le refrain. Ou, s’il demeurait seul avec la jeune fille, il se postait à ses pieds, sur un tabouret de satin bleu, tandis qu’elle lui confiait des projets d’avenir, comment elle désirait régler le temps de son travail, l’aider dans sa carrière, le pousser aux plus hauts emplois. Et soudain, sauvagement, il vous sautait sur elle, vous l’empoignait entre ses bras en balbutiant: «Ma Thérézoun!» Elle sentait les fermes biceps rouler contre son buste comme des pierres rondes, une moustache fleurant l’œillet s’approcher de sa bouche, des lèvres savoureuses se poser à ses lèvres; et elle renversait la tête, les paupières closes, avec des envies de succomber, laissant couler en tout son être le baume bienfaisant des baisers.
Puis, un matin, on avait reçu une lettre embarrassée d’Albârt. Des affaires de famille l’obligeaient à repartir immédiatement pour Saint-Gaudens, son pays natal, et à ajourner le mariage. Il s’excusait, l’honnête jeune homme, pleurnichait, protestait de son chagrin. Et trois semaines plus tard, au Luxembourg, où M. Raindal l’avait menée, comme une convalescente, prendre un peu de repos, dans l’air printanier du jardin, Thérèse rencontrait son fiancé, un Dastarac pimpant, guilleret, avec une jeune fille au bras, une petite créature malingre et osseuse: la troisième fille de M. Gaussine, le professeur de langue sumérienne à la Sorbonne. En arrière, le père les suivait.
—Viens donc! mon enfant, murmurait M. Raindal pour entraîner Thérèse. Eh oui, ils vont se marier… Je ne le sais que d’hier!… Maître Gaussine a la réputation de bien placer ses gendres… C’est ce qui aura attiré notre mauvais drôle… Viens, je t’expliquerai…
Elle n’avançait plus.
Elle avait failli crier de douleur, tomber là, en public, dans une attaque de nerfs. Quel outrageant souvenir! Et après, les affreuses journées, dans sa chambre tout imprégnée encore des parfums du gredin—ces longues heures de songeries où elle avait, devant elle-même, prononcé ses vœux de renoncement, se vouant désormais à une vie d’études, comme d’autres, par désespoir, entrent en religion!
Mais, malgré l’éloignement—car on le disait enfoui à des lieues de Paris, bloqué dans un obscur lycée de Provence, en dépit des intrigues de Gaussine,—malgré le labeur, malgré les années, malgré tout, elle n’avait pu chasser de son cerveau, si peuplé pourtant de savoir, l’image tenace du charmant Albârt.
Elle gardait de ses caresses une sorte d’éblouissement, comme ces mortelles de jadis qu’un dieu avait aimées. Il demeurait son époux regretté, son seigneur impérieux, occulte. Et lorsqu’on voulait la marier, la livrer à un autre, c’était lui qui s’interposait, la reprenait, ressuscitait en ce corps austère sa folle Thérézoun, sa Thérézoun captivée.
Elle croyait le voir surgir, invisible à tous quoique présent, poing sur la hanche, jarret pliant, dans sa bravache posture de reître, et ses lèvres narquoises murmuraient: «Voyons, ma chato, non, mais regarde, compare!… Est-ce que c’est possible après moi?» Oui, comment déroger? Comment le trahir? Et brusquement, en quelques mots, le prétendant était éconduit.
—Ainsi tu n’en veux pas, mon enfant? demandait d’un ton piteux M. Raindal.
Oh! le refus qui l’accueillait! Un refus sec, rageur, violent comme une bourrade, et dont il chancelait presque, étourdi, réduit au silence, incapable de discuter.


—Hé! fillette, nous sommes prêts?… J’ai été retardé par un journaliste, un reporter, qui m’interviewait sur Cléopâtre, les Anglais en Egypte… est-ce que je sais?… Tu ne t’es pas trop impatientée, dis-moi?
Thérèse, à la voix joviale de son père, avait sursauté:
—Mais non, je réfléchissais, je travaillais, en marchant.
—Bon! bon! tant mieux!…
Puis la prenant sous le bras comme un ami, un collègue, il se dirigea d’une allure rapide vers le boulevard Saint-Michel.
On se retournait à leur passage, intrigué par ce couple étrange, ce vieil officier de la Légion d’honneur, ce vieux monsieur à barbe blanche et cette jeune fille à mine d’institutrice, s’en allant bras dessus, bras dessous, tendrement. On faisait des conjectures, on souriait instinctivement à des idées vagues, sympathiques, et quelquefois des étudiants, qui connaissaient de vue le maître, le fixaient à dessein pour attirer son regard ou le saluaient même comme par élan de respect.
Mais M. Raindal n’apercevait que confusément ces hommages. Maintenant il était tout entier à questionner Thérèse, à savoir sur la leçon d’ouverture son opinion exacte. Était-elle satisfaite? Cela avait-il bien été? Pas trop de longueurs, non? Et la péroraison, qu’en pensait-elle? Leur avait-il convenablement signifié leur congé aux badaudes et aux badauds qui se permettaient d’envahir son cours, sa petite chapelle tranquille?
—Oui, certes, fit Thérèse… Tout ce que je te reprocherais, c’est de t’être montré dans le ton un peu sévère, un peu mordant!…
—Jamais assez… C’est bon pour la Sorbonne tous ces godelureaux, toutes ces belles dames… Chez nous, il ne faut que des travailleurs, de vrais apprentis…
Puis il partit en des commentaires diffus sur les devoirs, la dignité, la destination du Collège de France. La Science! Le Collège de France! Sa foi, son église à lui, qui n’en avait point d’autres! Et Thérèse, qui savait par le menu la marche et les versets de ces fougueuses litanies, le laissait aller sans interrompre.
—N’importe, mon enfant, conclut-il d’une voix essoufflée… Ils sont avertis… On ne les reverra plus, j’imagine… Du reste, cette affluence a ses raisons… C’est encore un miracle de notre Cléopâtre.
—Oh! «notre»! protesta Thérèse.
—Si, si, «notre»! Je maintiens le mot…
Et d’abord, par la pente naturelle qui mène à parler de soi, il se mit à retracer les phases de son déconcertant triomphe: la célébrité venue de la veille au lendemain, la presse entière, les revues, les salons, s’employant ensemble à le rendre illustre, cinq mille exemplaires écoulés en trois semaines, des articles chaque soir, chaque matin, partout,—les retardataires plus chauds que les premiers, cherchant dans la ferveur de l’adhésion une excuse à la honte du retard,—des lettres, des interviews, des demandes de copie, d’autographes, de portraits. Le succès, en un mot, l’investiture impériale que Paris donne parfois à certains de ses élus, avec les théories d’offrandes sans fin, les prétoriens en délire, et même cet enthousiasme intolérant qui force les envieux d’attendre.
Or, à qui M. Raindal devait-il tout cela, hein? Qui donc, trois ans avant, lui avait suggéré le sujet du livre? Qui avait eu l’idée d’une V

Download This eBook
This book is available for free download!

评论

普人特福的博客cnzz&51la for wordpress,cnzz for wordpress,51la for wordpress
Les Deux Rives: Roman
Free Download
Free Book