Facecies et motz subtilz, d’aucuns excellens esprits et tresnobles seigneurs

Facecies et motz subtilz, d’aucuns excellens esprits et tresnobles seigneurs

Author:
Lodovico Domenichi
Author:
Lodovico Domenichi
Format:
epub
language:
French

%title插图%num
Author: Domenichi, Lodovico, 1515-1564
Anecdotes
Italian wit and humor
Facecies et motz subtilz, d’aucuns excellens esprits et tresnobles seigneurs

FACECIES,
et motz subtilz, d’aucuns excellens
espritz et tresnobles
seigneurs.

En Francois, et Italien.

A Lyon,
Imprimé par Robert Granjon.
Mil. vc. Lix.
Aueq priuilege du Roy.

Extrait du priuilege du Roy.

Par grace et priuilege du Roy, est permis à Guillaume Rouille, d’imprimer ou faire imprimer, vendre et distribuer, vn liure Intitulé, (Facecies, et motz subtilz: En Francois, et Italien.) Et defendu à tous autres Libraires, Imprimeurs, et personnes quelconques de ce Royaume: de non imprimer, ou faire imprimer, vendre ne distribuer lesdits liures, sans le congé & consentement dudit Rouille. Et ce iusques au temps et terme de dix ans, sur peine d’amende arbitraire, et confiscation des liures qui seroyent imprimez.
Ledit priuilege ha esté donné à saint Germain en Laye le xxix. de Nouembre, L’an Mil cinq cens cinquante sept, signé, De Lomenic, et séelé du grand seau en cire Iaune à simple queuë.
Par le Roy, M. Ian Nicot, maistre des requestes de l’hostel, present.

Epistre.

A Tresmagnifique et noble seigneur,
Sebastien Cruz.
Loys Dominique.
Nul est entre nous qui doute, la nature humaine auoir esté tellement creée de Dieu tresbon et tresgrand, qu’elle ne puisse (aueq vn si debile corps subiet à diuerses infirmitez et passions) souffrir les continuelles fatigues. Et tout ainsi que dieu par vne supreme prudence, ordonna dés le commencement du monde (aueq vne certaine douce harmonie) que ores resplendist le Iour serain, commode aux trauaux, par lesquelz s’acquierent les nourrissemens de la vie: ores suruient la nuit obscure, aymant le repos, et reparant les forces perdues, semblablement aussi au cueur des hommes, lors que le perseuerant estude, leur apporte melancholie, on void l’heure qu’il est opprimé de la machine et pesant faiz de diuers pensemens, et l’heure qu’il est plein d’allegresse, et toutellement deliure de trauail: pourautant qu’en nous sont, par vn certain moyen plantez, la tristesse et douleur, comme aussi la liesse & contentement, mais c’est aueq vne douce temperance et egal contrepois des choses. Il est donques besoin, que la pensée humaine, aucunefois se procure, quelque peu de recreation aggreable, pour ne succomber souz les continuelz desplaisirs, ou bien pour ne mourir entre les perseuerantes fatigues. Attendu mesmement que, selon les prophetes l’esprit triste deseiche les os. Et celuy qui ne prend repos, ne pourra longuement durer. A ces causes se trouue par escrit, que les plus sages pour se recreer, en quelque sorte, et pour n’anichiler la vertu, souuentefois ont discontinué les affaires de la Republique, se retirans en lieux delectables & de repos. Lon lit de Scipion, et Lelius, que quand ilz se trouuoyent lassez des manimens publiques, s’occupoyent à recueillir des coquilles, et des petites pierres sus le sablon du riuage de la mer. Et Sceuola pour se recreer iouoyt quelquefois à la paume: Socrates aussi, homme tresgraue, mettant vne canne entre ses iambes, simuloit de piquer vaillamment vn cheual entre les petis enfans. Saint Augustin consoloit son amy Licencius, luy persuadant de se retirer en l’habitation des Muses. Or en suiuant les mieux renommez, pour me deliurer en partie de mes plus molestes pensemens, ces Iours fascheux, à l’occasion du temps d’esté (durant lequel assez proufité, et apprend, qui se conserue en sa santé) ie me suis addonné à lire vn petit liure de Facecies, et motz exquis, extraitz de plusieurs tresnobles et excellens espritz: lequel ie recouuray de tresciuil & gentil mon honnoré amy M. Ian Massuoli de strata, autrement nommé l’Estradin, habitant de Florence. A la courtesie et diligence duquel sont grandement attenuz les hommes doctes et vertueux. Pourautant que durant le temps de toute sa vie, en allant par diuers païs, n’ha iamais espargné, ny sa poine, ny sa course, pour reassembler de toutes les parties du monde, les plus antiques, et plus exquis liures qu’il ha peu trouuer, en langue Tuscane: de sorte que faisant harnois de telz bons liures seulement, en ha congregé plus ensemble, que non seulement dans Florence, ains aussi, en toute l’Italie ne s’en pourroit trouuer si grand nombre. De ces tresors, se monstre tant liberal et amiable dispensateur, que sans attendre aucune priere, souuentefois ha preuenu le desir des hommes curieux. Apres donques que i’ay receu ledit liure de ses mains, et que i’en ay retiré le plaisir que ie desirois le plus, i’en ay bien voulu faire part à vostre Seigneurie, à celle fin que se trouuant quelquefois deliure de ces solicitudes (que ie say estre de plus grande importance, que ces soulacieux propos, et Ioyeuses fables) puissiez recouurer quelque plaisir delectable. Et ne vueille s’esmerueiller icelle vostre Seigneurie, si I’ay prins hardiesse de ce faire. Car ayant ces iours passez (par le moyen de mon trescher et honnoré amy M. Marco Anthonio Passero de Naples) prins amitié et demeurance domestique, aueq mon tresnoble seigneur Messire Leonard vostre frere, et sachant que comme vous estes coniointz de sanguinité, ainsi l’estes vous par charité et bon amour, pour reconnoistre en partie la debonaireté d’iceluy vostre trescordial frere: et pour ne mesconnoistre la beniuolence, qu’il me porte, i’ay voulu enuoyer à vostre Seigneurie, ces parolles recreatiues, lesquelles neantmoins me semblent estre vn petit don, et peu de cas: mais c’est pour faire quelque moyen de tesmoignage, de l’affection que ie porte à l’un et à l’autre, qui est la cause pourquoy i’y ay adiousté plusieurs autres plaisanteries, en partie par moy recueillies de diuers autheurs, partie entendues d’aucuns mes amis. Et par ainsi i’espere par vn mesme don conseruer l’amitié du seigneur Leonard, et aussi acquerir la vostre: estant certain que la rare concorde regnant en voz espritz et pensemens, (tout ainsi qu’aux ieunes enfans de Leda) egalement estime son propre, ce qu’est en la puissance d’autruy, Au moyen de quoy telle est vostre bonté, que ie me pourray vanter d’auoir esté agreable à tous deux, faisant vn petit seruice à l’vn de vous. Et à vostre Seigneurie ie baise la main aueq honneur et reuerence.

Facecies, et motz subtilz, d’aucuns
excellens espritz et tresnobles
Seigneurs: En Francois
et Italien.

Download This eBook
This book is available for free download!

评论

普人特福的博客cnzz&51la for wordpress,cnzz for wordpress,51la for wordpress
Facecies et motz subtilz, d’aucuns excellens esprits et tresnobles seigneurs
Free Download
Free Book